Catégories Non classé

Les Mirages du Marketing Ethique


Parler d’Ethique marketing, de même que pour l’éthique des affaires, revient à aborder les comportements et relations entre vendeurs et acheteurs, électeurs et cibles, professionnels et consommateurs.

L’Ethique marketing ? Elle pourrait s’apparenter à ces notions très à la mode depuis quelques années de marketing « maîtrisé », comme le marketing one to one, le reverse marketing ou encore le marketing personnel qui se définissent globalement comme des démarches marketing qui privilégient l’individu sur la masse, le marketing adapté sur la marketing intensif…. en redonnant le pouvoir au consommateur et la souplesse au professionnel, mais en réalité plutôt l’inverse.

 

De fait, le paradigme commun à toutes ces approches de marketing digital est qu’elles se basent sur une meilleure connaissance des comportements consommateurs pour une meilleure hypersegmentation individuelle.

Les « progrès » fulgurant de la science numérique, nous pouvons parler d’invasion, avec les nouveaux supports toujours plus technologiques de la mobilité et de la communication, la googlisation des échanges, le big data révélé et la blockchain sont autant de facteurs et de moyens qui permettent de recenser, compiler, analyser et codifier le « génome comportemental » de tous les consommateurs que nous sommes, de digitaliser et affiner cet ADN au fur et à mesure de nos déplacements (gps), de nos habitudes de navigation sur les réseaux sociaux et sur internet (cookies, historiques, cache, …) et de nos échanges interactifs (analyses sémantiques, mots clés…).

Toute cette information génétique digitale, appelée génome digital ou « diginome », permet ainsi le développement, le fonctionnement et la reproduction d’une toile digitale autour de chacun…

Ainsi lorsque cous rentre dans un magasin, l’écran de publicité ne peut s’adresser qu’à vous, vous appeler par votre nom et vous proposer des pré-sélections.

Est-ce le monde dans lequel nous voulons vivre ?

Ecarter le digital non, bien au contraire et ce serait utopique.

En revanche, le digital doit pouvoir servir l’homme et non l’inverse, c’est à dire permettre d’en utiliser les facilités tout en conservant l’intimité de nos faits et gestes d’homo-numericus.

Chez Projecteec, nous pensons nos solutions dans une démarche de « INIT » Marketing » (Intime Non intrusive Technics), pour une société numérique respectueuse.

A.G

 

 

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire